Lettre de Madame de Sévigné
à Madame de Grignan


Visages de l'automne

à Livry, jeudi au soir 2ème novembre 1679

[... ] Je quitte ce lieu à regret, ma fille : la campagne est encore belle ; cette avenue et tout ce qui était désolé des chenilles, et qui a pris la liberté de repousser avec votre permission, est plus vert qu'au printemps dans les plus belles années; les petites et les grandes palissades sont parées de ces belles nuances de l'automne dont les peintres font si bien leur profit; les grands ormes sont un peu dépouillés, et l'on n'a point de regret à ces feuilles picotées : la campagne en gros est encore toute riante ; j'y passais mes journées seule avec des livres; je ne m'y ennuyais que comme je m'ennuierai partout, ne vous ayant plus.

Je ne sais ce que je vais faire à Paris; rien ne m'y attire, je n'y ai point de contenance; mais le bon Abbé dit qu'il y a quelques affaires, et que tout est fini ici : allons donc. Il est vrai que cette année a passé assez vite; mais je suis fort de votre avis pour le mois de septembre ; il m'a semblé qu'il a duré six mois, tous des plus longs.

Imprimer cette lettre

retour haut de page